Developing and effectively using Multistakeholder Principles

24 October 2013 - A Workshop on Multistakeholderism in Bali, Indonesia

Internet Governance Forum 2013

Workshop # 41 Report

Developing and effectively using Multistakeholder Principles

Organizer Name 

Weise Constance

Organizer Entity 

APC & Government of Brazil & ICC BASIS & ISOC

Workshop Theme 

Principles of Multi-stakeholder Cooperation

Consise description 

Principles of Multistakeholder Cooperation

This workshop entitled “Developing and effectively using Multistakeholder Principles” is going to take place in a roundtable format, and will aim to build upon discussions that took place at the IGF, including the Taking stock session at the 2012 IGF in Baku, Azerbaijan, and a session on this topic at the WSIS +10 review event in February 2013 in Paris as well as other events to promote awareness of multistakeholder principles and to share ideas about how they can be developed and effectively used. The concrete discussions and recommendations from the session in Paris at the WSIS +10 will form the base for this interactive roundtable event. The roundtable’s panellists represent geographical diverse multistakeholder groups from civil society, the private sector, the Internet technical community, and governments. The panelists and discussion with the participants will focus on how to develop and productively employ multistakeholder principles in Internet governance issues and will bring out a range of viewpoints.

 

Agenda 

• Moderator sets the stage for the discussion • Interactive discussion with roundtable panellists regarding multistakeholder principles, the recommendations that emerged from session at WSIS +10 review event in February: 1.Fundamental Design/Operational Principles: There are some fundamental design/operational principles that constitute multistakeholder approaches and processes: open participation to all stakeholders; ability for all stakeholders to contribute; self-organization; engagement on equal footing; transparency; bottom-up agenda-setting; and due process. There has been progress in the engagement of stakeholders and open participation, and the IGF has catalysed the creation of regional and national IGF initiatives on all continents. Nevertheless, on-going efforts are needed to broaden engagement of stakeholders, particularly in developing countries 2.Governance Of and On the Internet: There is a distinction between governance of the Internet (i.e. logical layer of protocols, DNS, addresses, etc.), where a distributed ecosystem of multistakeholder governance exists, and the governance on the Internet (regarding usage, freedom of expression, privacy, cybercrime, etc.) where existing mechanisms, such as the IGF, continue to evolve in response to deficiencies identified through multistakeholder discussions. Thus, the time is right to establish multistakeholder principles publicly and efficiently to set the premise by which governance of the Internet and governance on the Internet develop. It also is important to continue to improve existing mechanisms enabling multistakeholder governance of the Internet. 3.Challenges of Multistakeholder Formats: Using multistakeholder formats to address key policy issues and for decision-making (beyond open consultations) raises specific challenges, including how to form multistakeholder advisory groups, how to achieve balanced geographical representation, how to build capacity to promote effective participation, the role of steering groups, risks of capture, management of conflicts of interest, representation and decision making, and general legitimacy. 4.Roles of Stakeholders: The respective roles of stakeholders are interdependent in addressing topics and implementing solutions. They have shared responsibilities on all issues, with different weights according to the different topics and the stages of the discussion in the governance workflow. Moreover, each stakeholder group must grapple with its own internal differences. This makes the multistakeholder process richer, but more challenging. 5.Evolving Mechanisms for the Multistakeholder Model: Multistakeholder mechanisms and frameworks should continue to evolve to address concrete problems, on a distributed, issue-by-issue basis. Such mechanisms are an effective way to address Internet governance issues, as opposed to relying exclusively on traditional inter-governmental processes. Governance in the knowledge society will continue to benefit from expanded government interaction with other stakeholders. 6.Exchange Among International Organizations: As the Internet increasingly impacts all facets of individuals’ lives, the new multistakeholder approach engages with a broad stakeholder community, involved in development, access to knowledge, governance, and environmental, science and technology and trade policies. All forums and organizations relevant to Internet governance therefore should liaise with relevant international processes and institutions to bring about new layers of understanding and contribute to policies relevant to Internet access. 7.Progression of the Multistakeholder Model: The WSIS +10 review process should be fully multistakeholder and not regress from the progress made during the past 10 years. The process should involve existing organizations and processes, such as IGF, the WSIS Action Lines Forum, and the CSTD, which in the past decade have improved cooperation among different stakeholders. This has helped to unleash the potential in the multistakeholder •Interactive discussion with the audience to continue to build on these ideas/recommendations

Moderator 

Anriette Esterhuysen, APC

Remote Moderator 

Constance Weise, ICC BASIS

Have you organized workshops at previous IGFs?

Yes

Workshop format 

Roundtable

Workshop Transcript 

Transcript

Brief substantive summary of the workshop and presentation of the main issues that were raised during the discussions 

L'atelier a visé à promouvoir la prise de conscience des principes multilatéraux et de partager des idées sur la façon dont ils peuvent être développées et utilisées efficacement. Les discussions concrètes et des recommandations de la session qui s'est tenue au +10 événement d'examen du SMSI qui s'est tenue à l'UNESCO en Février 2013 forment la base de cette discussion, qui portait sur «dé-jargonizing" principes proposés pour les processus multi-acteurs / forums. Il a été proposé que les processus multi-acteurs aux niveaux national, régional et international doivent être conformes aux principes suivants: • Doit être ouvert et inclusif • Permettre à tous les acteurs concernés à s'engager et à participer • Les parties prenantes devraient être en mesure de contribuer aux discussions et à la prise de décision • Entrée Transparent sur le processus et la prise de décision et transparent sur la manière dont les décisions sont prises et comment se traduit • La prise de décision doit être fondée sur le consensus et expliquer comment la contribution du processus multipartite a été intégrée Les participants ont été invités à présenter des exemples de multipartite processus. Jacqueline Ruff, de Verizon, a fourni une approche des droits des consommateurs en matière de transparence dans les applications mobiles embrassé par consensus par les participants au débat. Cette initiative a été organisée par le gouvernement des États-Unis, conduisant à un processus multipartite qui a fourni un ensemble de droits des consommateurs embrassé par les participants tous les débats. Everton Lucero, de relations extérieures du Brésil ministère, a présenté deux exemples: les dix principes de gouvernance de l'Internet et utilisation au Brésil, tel qu'énoncé par le Comité de pilotage de l'Internet au Brésil (CGI.br) et la gestion des ports 25/TCP par le CGI. br. Cette initiative a permis au Brésil de la 1ère à la 25ème position sur la liste de blocage composé de pays qui a envoyé le plus grand nombre de spams. Le blocage du port 25 a été décidée après un certain nombre de discussions avec les différentes parties prenantes, y compris les entreprises de télécommunications, les fournisseurs de services Internet, le ministère de la Justice, de l'Agence de régulation des télécommunications et des organismes de protection des consommateurs. Evoquant les récents événements concernant les révélations de surveillance non autorisée de communications ciblant Brésil, Everton Lucero a également souligné que le simple fait que le gouvernement brésilien apporte la discussion sur la façon d'organiser un événement pour débattre de ce sujet, ainsi que d'autres questions de gouvernance de l'Internet est seuls éléments de preuve de l'appui de son gouvernement de l'IGF et le modèle multipartite. Johan Hallemborg, du ministère suédois des Affaires étrangères, a fourni deux autres exemples de processus multi-acteurs: les activités du Conseil de l'Europe à adopter des recommandations et le groupe de référence suédois sur la gouvernance de l'Internet. Ce groupe, qui se réunit tous les deux mois, est rejoint par les ministères, les organismes publics, les universités, la société civile et les entreprises. Il ne crée pas de décisions contraignantes, mais agir comme un outil de partage de l'information très efficace. Modérateur Anriette Esterhuysen, de l'Association pour le progrès des communications (APC), a souligné que les exemples qui ont été cités par les panélistes pourraient être classés en deux catégories: (i) d'un vaste processus de mise en réseau ou (ii) les pratiques qui ont conduit à la création de mou loi. Dans cet esprit, elle s'est interrogée sur la prochaine panéliste, Wolfgang Kleinwaechter, du Département des médias et des sciences de l'information de l'Université de Aahus, si le débat sur multistakeholderism sur la gouvernance de l'Internet pourrait conduire à la mise en place du droit dur. Wolfgang a souligné qu'il est important de différencier les principes de gouvernance de l'Internet à partir de principes multistakeholderism que l'accent plus tard sur les procédures de l'interaction entre les parties prenantes et ne sont pas sur le contenu. Il a défendu que le droit mou serait une solution plus appropriée pour faire face à la gouvernance de l'Internet pour sa flexibilité dans la création de cadres pour les questions qui peuvent être fortement affectés par le changement de technologie. Un certain nombre de commentaires de la salle pleine de participants ont attiré l'attention aux défis du multipartenariat et donné un aperçu sur la façon dont il pourrait être formulée d'une manière qui favorise la diversité dans la participation et, en même temps, plus de décisions éclairées. Un commentaire adressé au fait que les processus multi-acteurs ont tendance à prendre plus de temps pour parvenir à une décision que les processus qui sont menées et décidées par un acteur spécifique. Il peut être plus facile de recevoir les contributions des parties concernées, mais la méthodologie de prise de décision d'une manière dans laquelle toutes les parties estiment que leur voix a été entendue et qu'un consensus a été atteint peut être difficile. D'autres commentaires ont porté sur les critères de sélection qui est un intervenant pertinent réelle, la différence entre la responsabilité partagée et l'égalité, et quel est le rôle des gouvernements dans les processus multilatéraux.Une question du public a soulevé la question de ce que serait la réaction souhaitée à une situation dans laquelle le gouvernement se retire du processus multipartite. D'autres commentaires ont abordé la question de la façon de sélectionner les entrées pertinentes pour la prise de décision. Ce débat est important parce que la transparence comme principe pour les processus multilatéraux, devrait s'appliquer pour la prise de décision et pour les entrées ainsi. Enfin, en prenant sur la question de la vitesse pour prendre une décision dans un processus multipartite, un participant de l'auditoire a souligné qu'un processus multipartite devrait être divisé en trois phases: (i) l'établissement du programme, (ii) la formulation des politiques, et (iii ) la prise de décision. À cet égard, le niveau d'inclusion dans un processus multipartite tend à canaliser plus grande participation au débat sur la définition de l'agenda pour un petit groupe de personnes, principalement avec l'autorité déléguée, de prendre les décisions. Dans la dernière série de réactions de la part du comité, Anne-Rachel Inné, d'AfriNIC, a souligné le concept et les enjeux de consensus dans un processus multipartite.

Conclusions drawn from the workshop and further comments 

L'atelier a avancé le débat sur les principes des processus de multipartenariat et forums qui fournissent une analyse perspicace des principes et des défis et les conditions opérationnelles de prise de décision efficace. La mise en place des principes de multipartites pour les processus et les forums de gouvernance de l'Internet pourrait aboutir à la création de la soft law. S'appuyant sur l'expérience de la déclaration universelle des droits de l'homme, le degré d'applicabilité d'un tel résultat et la manière dont il pourrait même se traduire par les juridictions nationales et être adoptée par un large éventail d'acteurs a été discutée. Il y avait consensus sur la nécessité d'un processus multipartite à être aussi transparent que possible, non seulement dans la prise de décision, mais dans toutes les phases. Parmi les exemples cités au début de la contrainte panneau ce point. Même si il n'y avait pas plus de temps pour débattre de l'idée, un intervenant a soulevé la question de savoir si la création d'un conseil multipartite / corps, comme un cadre de diverses approches, qui inclurait les processus multilatéraux axés sur les enjeux actuels et nouveaux, serait approprié à fonctionner comme un centre d'échange peut-être de regrouper les expériences des différents processus et des analyses d'experts Foster sur la façon de l'améliorer.

Reported by 

Carlos Affonso Pereira de Souza and Sarah Kiden

Estimate the overall number of women participants present at the session 

About half of the participants were women

To what extent did the session discuss gender equality and/or women's empowerment? 


It was mentioned briefly in the presentations and discussions

Discussion affecting gender equality and women's empowerment 

N / A

Workshops Staticals 
Number of FEMALE participantsNumber of MALE participantsNumber of Young participantsNumber of Developing Countries ParticipantsNumber of Developed Countries ParticipantsNumber of LDCs participantsNumber of TOTAL Participants
38 39 5 20 45 5 77