Cybercrime Treaty: Advanatages for Developing Countries

23 October 2013 - A Workshop on Security in Bali, Indonesia

Internet Governance Forum 2013

Workshop # 15 Report

Cybercrime Treaty: Advanatages for Developing Countries

Organizer Name 

Jamil Zahid

Organizer Entity 

CSPA

Workshop Theme 

Legal Frameworks and Cyber-crime (Spam, Cyber-security, etc.)

Consise description 

On behalf of the Center for Strategic & Policy Analysis' (CSPA), Developing Countries' Center for Cyber Crime & Law (DC4). Workshop will explore various existing and available options for Developing Countries to overcome challenges both domestically as well as internationally with specific focus on existing international instruments. Trans-border access and sharing, Mutual Legal Assistance, Cybercrime, Security, Human Rights, Internet Governance.  The workshop will focus on the advantages to developing countries of existing multilateral treaties that incorporate all elements of harmonization of cyber offences and procedural powers, human rights and civil liberty safeguards, mutual legal assistance, extradition and 24x7 network cooperation.  The workshop will also touch upon the needs of developing countries that would need to be addressed in order to enable their taking advantage of such treaties.

Agenda 

In recent years there has been much debate about the usefulness of a multilateral treaty on cybercrime that would be available to all regions of the world to join. In particular the advantages that a cybercrime treaty provides to developing countries is an area which tends to be under explored. This therefore much usefulness in exploring the various ways in which developing countries can gain from joining a multilateral cybercrime treaty that would harmonize cyber offences, special procedures and especially trans border cooperation between developed and developing countries. Since much of the electronic evidence related to cyber and other crimes is only accessible from or located in developed country providers, one of the key issues for developing country law enforcement has been their ability to seek cooperation from developed country law enforcement and private sector as well as enable trans border access with respect to investigations and prosecution of cybercrimes. Conversely, developing countries face challenges in trying to cooperate with other countries due to the lack of harmonized or special cybercrime offences, procedures and legal provisions enabling such trans border cooperation. The workshop will explore the various options available to developing countries and attempt to identify the best means of international cooperation for the investigation and prosecution of cybercrime. More generally the workshop will explore various existing and available options for Developing Countries to overcome challenges both domestically as well as internationally with specific focus on existing international instruments. Trans-border access and sharing, Mutual Legal Assistance, Cybercrime, Security, Human Rights, Internet Governance. The workshop will focus on the advantages to developing countries of existing multilateral treaties that incorporate all elements of harmonization of cyber offences and procedural powers, human rights and civil liberty safeguards, mutual legal assistance, extradition and 24x7 network cooperation. The workshop will also touch upon the needs of developing countries that would need to be addressed in order to enable their taking advantage of such treaties. These issues have special significance in this new age of networks. The borderless ecosystem of Cyberspace has flattened our world into a globally interconnected and interdependent network of systems. The benefits have grown exponentially in the areas of economic, social and democratic development and have been shared by both the developed as well as developing countries. This is a landmark development for civilisation equivalent to Gutenberg’s first printing press in the 15th century and the industrial revolution which followed three centuries later. Like all major developments to humankind, the Internet brings with it the attendant threat of cyber crime foremost in this the prevalence of child pornography, fraudulent financial dealings, drug trafficking, the potential for terrorism and facilitation in other criminal activities such as money laundering or human trafficking. Enhanced cyber security and improved user confidence for trade and commerce on the internet have a pivotal role in stimulating economic activity and contribute to the global economic recovery. Unhindered access to critical internet infrastructure and its security, stability and reliance are thus, central to global development including developing countries many of which lack the necessary capacity, resources, legislative and technical, to ensure the necessary safeguards are put into place to combat this growing threat. The global and borderless nature of Cybercrime makes it necessary for criminal conduct on the internet to be recognized as such in one another’s jurisdictions and is consistent with globally accepted definitions, existing global treaties, conventions and arrangements. Else it runs the risk of creating safe havens for the perpetrators. Thus, developing countries joining an international treaty on cybercrime would assist with many of these issues and hence, a discussion about the availability, advantages and next steps for developing countries to achieve these goals will be a focus of the workshop. The panelists will draw upon their expertise in these area an share their experience with respect to the best means of international cooperation for investigating and prosecuting cybercrime and what advantages can developing countries gain from utilizing such means.

Moderator 

Zahid Jamil

Remote Moderator 

Zahra Dean

Have you organized workshops at previous IGFs?

No

Workshop format 

Roundtable

Workshop Transcript 

Transcript

Brief substantive summary of the workshop and presentation of the main issues that were raised during the discussions 

 

Les panélistes ont en grande partie tirées de pays en développement ont partagé les problèmes rencontrés par les pays en développement, y compris le cadre juridique, les procédures et les pouvoirs et la coopération, le dépistage, la collecte de preuves, absence de réseau 24/7, perquisition et la saisie et la capacité légale. De graves problèmes identifiés figuraient l'absence de coopération transfrontalière, y compris le droit harmonisé et non la procédure, que les données résident dans d'autres pays, les droits humains et les libertés civiles garanties et de confiance. 

 

Il a estimé que l'obligation internationale contraignante qui prévoit une coopération multilatérale est la seule solution. Malgré les autres lois, les modèles et les arrangements instrument international contraignant était nécessaire qui a pour membres les pays d'infrastructures (principalement dans l'ouest et le nord), où la plupart des données réside et à laquelle les demandes seraient envoyés plus de reçu. Les pays en développement Ainsi, la coopération requise de ces pays d'infrastructures en proportion plus que d'autres. Par conséquent, pour qu'il y ait efficacité et l'efficience de tout traité international, ces nations d'infrastructure nécessaires pour faire partie d'un tel traité. Une liste détaillée des critères tels que la définition de la neutralité technologique et délits, les procédures et les pouvoirs pour faire face à la preuve électronique, y compris la préservation, la production, la divulgation de données relatives au trafic, la collecte en temps réel, les réseaux 24x7 et les dispositions de coopération internationale en particulier, y compris ceux qui permettent l'accès à la frontière trans étaient essentielles pour lutter contre la cybercriminalité. Il a été souligné que les dispositions qui ont permis l'accès à la frontière trans pour ouvrir les données à l'étranger ainsi que l'accès aux données avec le consentement fermés à l'étranger sont essentielles pour un traité efficace pour les pays en développement lors de la lutte contre et de coopérer pour lutter contre la cybercriminalité.

 

Il a été noté qu'aucun instrument juridiquement contraignant qui répond à ces besoins vitaux des pays en développement a existé à l'exception de la Convention de Budapest sur la cybercriminalité qui constitue la base la plus efficace pour la coopération internationale contre la cybercriminalité. Une attention particulière a été accordée à ses mérites, y compris l'harmonisation des normes minimales et des outils de procédure, la coopération internationale, des dispositions spécifiques non de la technologie et, partant, la durabilité, l'inclusion (en n'étant pas mutuellement exclusifs à tout autre traité, mais en reconnaissant que d'autres traités pourraient fonctionner en compatibilité avec la Convention comme une disposition par défaut respectant ainsi la souveraineté des nations) ont été discutés. Il a été noté que la Convention était ouverte à tous les pays en développement et n'était pas de nature régionale que ses membres n'avaient pas leur place dans n'importe quelle région exclusivement et sont en fait appartenant à plusieurs régions et continents mondiale. Les pays en développement ont partagé leur expérience dans le choix de la Convention de Budapest comme le meilleur modèle à adopter.

 

L'exigence stricte en vertu de la Convention de se conformer aux droits de l'homme, des libertés civiles (art. 15) a également été soulignée et appréciée et il y avait beaucoup d'appréciation des garanties, y compris la surveillance judiciaire.

 

La séance a été extrêmement utile, car elle a répondu à et clarifié de manière satisfaisante certains mythes et idées fausses qui ont été identifiés tels que la Convention exige la conservation des données (pas de telle disposition existait), imposant un coût sur les pays en développement (la seule exigence était la législation et qu'il ya trop quand un pays a demandé à l'adhésion la Convention mènerait renforcement des capacités) et d'être obsolète (Royaume-Uni et en Australie juste ratifié / adhéré et leurs cadres juridiques ne sont pas dépassés et la technologie définition / dispositions neutre permettent de traiter toute nouvelle émission provenant des réseaux sociaux, les botnets, VoIP secret) ou en imposant de nouvelles obligations juridiques en matière de droits de propriété intellectuelle là où il n'y aurait existé autrement (A.10 ne se réfère qu'aux obligations conventionnelles existantes d'une partie sans créer de nouvelles obligations). 

 

 

Conclusions drawn from the workshop and further comments 

 

Les panélistes ont préconisé la nécessité d'un traité de plate-forme ouverte comme la Convention. Ils ont également suggéré la législation devrait renforcer la coopération comme dans la Convention au-delà de conventions d'entraide judiciaire, comme le réseau 24/7, la conservation, la divulgation des données de trafic et de collecte en temps réel et la recherche et la saisie des preuves électroniques qui n'existent en 20 ème TEJ siècle (qui se concentrent bilatérale ou la coopération régionale plutôt que des cadres multilatéraux internationaux). Le fait que les membres des Conventions sont l'Europe et les USA où la plupart des données sur lesquelles les pays en développement ont besoin d'accéder réside, fait la Convention de l'instrument le plus utile et nécessaire pour lutter contre la cybercriminalité, en particulier pour les pays en développement l'application des lois.

 

Deuxièmement, il ya une nécessité d'un traité qui harmonise le droit à travers les frontières offrant un niveau de base / minimum de normes et de criminalisation internationale comme le fait la Convention.

 

Il y avait un accord unanime entre les participants que pour les pays développés et en développement la Convention de Budapest est un cadre essentiel et aucun autre instrument est actuellement identifiable qui répond aux critères discutés.

 

Il a été suggéré pays en développement devraient plutôt que de devenir les victimes des grandes puissances influentes faire des évaluations sur la base de ce qui allait servir leur intérêt dans l'amélioration de la lutte contre la cybercriminalité et d'adopter une approche opérationnelle et fonctionnelle au moment de décider à adhérer à la Convention plutôt que d'être influencé ou victime d'intimidation à pas adhérer à la Convention par les grandes puissances et dans ce à considérer leur intérêt national souverain de protéger leurs citoyens comme la priorité.

 

Il a été décidé d'ajouter aux ressources sur le site www.cybercrimecentre.org et il y avait unanimité que le prochain FGI un atelier qui vise la clarification et la sensibilisation au sujet de la substance et les dispositions de la convention sera suivie par puisqu'elle serait surtout de bénéficier aux pays en développement.

 

 

 

Reported by 

Zahid Jamil (Organizer)

Estimate the overall number of women participants present at the session 

About half of the participants were women

To what extent did the session discuss gender equality and/or women's empowerment? 


It was raised by one or more of the speakers as an important aspect of the session's theme

Discussion affecting gender equality and women's empowerment 

 

Les questions liées à la maltraitance des personnes vulnérables, en particulier les femmes et les filles ont été élevés en termes de diffamation et de problèmes de réputation dans le cadre de plates-formes de réseaux sociaux ainsi que la pédopornographie

 

Workshops Staticals 
Number of FEMALE participantsNumber of MALE participantsNumber of Young participantsNumber of Developing Countries ParticipantsNumber of Developed Countries ParticipantsNumber of LDCs participantsNumber of TOTAL Participants
55 50 100 60 25 30 105